Conseiller client : qui vous aidera dans les années à venir ?

Un investissement sur les relations clients est actuellement retrouvé dans toutes les banques. Chacune compte faire appel, si ce n’est déjà fait, à la technologie cognitive, ainsi qu’au big data. Ce nouveau système est dans le but de mieux cerner les attentes et offrir le plus rapidement possible des solutions plus adaptées à chacun des clients. Une stratégie visant à mieux exploiter les données bancaires en sa possession, afin d’être plus efficace.

Les outils déjà mis en place par certaines banques

Conscient de ce besoin de changement, certaines banques ont déjà élaboré et mis en œuvre certaines dispositions. Comme IBM aves sa technologie Cognitive Watson, qui s’occupe du Crédit Mutuel en assistant environ 20.000 conseillers de l’entité tous les jours. Ou encore BNP Paribas, qui depuis 2016, a investi sur des recherches spécialement dédiées à l’intelligence artificielle. Bon nombre de nouvelles politiques que l’article conçu par la Fédération bancaire ne manque pas de mentionner. Il s’agit là d’une révolution incontournable de chaque institution bancaire pour pouvoir rester dans la course, face à la très forte concurrence.

Les conséquences et différents impacts directs

Se tourner vers le numérique n’a naturellement pas que des avantages et comporte des inconvénients. Parmi ses principaux points forts, le principal est avant tout vis-à-vis des clients. Un gain de temps considérable est constaté en plus de la qualité exceptionnelle des conseils délivrés. De plus, les rôles des agents sont plus cadrés et ils peuvent ainsi se spécialiser davantage et se concentrer sur des points essentiels. Par rapport à cela, le revers est inévitablement la fermeture de plusieurs agences physiques, et un remaniement de plusieurs postes.

L’intelligence artificielle et l’intelligence humaine complémentaire

La naissance de l’intelligence artificielle a pour principal but de compléter et de mieux exploiter les ressources de la banque. Aussi, il ne peut remplacer certaines activités ne pouvant être effectuées que par une personne physique mais aide tout simplement à améliorer la qualité du travail. Les tâches telles que la fixation de l’objectif, la prospection directe d’une nouvelle clientèle, le contrôle, les analyses des besoins réels de financement ou encore le traitement des cas particuliers reviennent à un agent.

Les mesures d’accompagnement déjà en place

Pour limiter le risque de réduction de poste et de licenciement, certaines banques françaises ont d’ores et déjà pris des initiatives. Dans ce sens, BNP Paribas a opté pour une nouvelle technique dénommée hubs. Ce dernier consiste à mutualiser ses différentes équipes actuelles de manière à ce que 3 agences non éloignées n’aient qu’un unique directeur. Les agences restent ainsi ouvertes tout en ayant une relation plus proche, aussi bien vis-à-vis de la maison mère que de la clientèle.

Un changement continu

Tout se fait actuellement à grande vitesse et la banque se doit de suivre cette évolution. L’internet a donné naissance à plus de mobilité et de flexibilité. Les clients veulent tout, plus rapidement et sans devoir se déplacer à tout moment. Aussi, la banque doit établir des objectifs et des plans exploitants l’intelligence artificielle, à court terme pour ne pas être immergé et à moyen terme pour être pérenne. Des changements qui apparaissent auprès de quelques banques françaises et qui va rapidement se généraliser.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *